© 2004-2019 DOMINIQUE ALLAIRE

  • Facebook Social Icon

Croisons notre magie sur Facebook, en personne et au téléphone au 418.204.4268.

Le 3 septembre 2019

 

PENSÉE DU JOUR AVEC TOUT MON AMOUR ❤    

La pensée d’aujourd’hui nous rappelle une vérité sur l’éducation. Beau temps pour en parler, c’est la rentrée! Sentez-vous cette odeur de fébrilité dans l’air? Voyez-vous la sueur perler sur le front des parents, des professeurs et des étudiants? Êtes-vous de ces cœurs vaillants du monde de l’enseignement? Cette photo du maître de potions, pour qui tout élève est un cornichon, soulève des émotions? Souhaitons que le partage de ma cliente vous encourage à tenir bon.

 

Elle a été si touchée par ce qu’elle a compris, qu’elle m’a permis de vous en parler brièvement ici. Début des classes, l’an dernier. Enseignante au secondaire, elle craignait de côtoyer la colère d’une collègue qui, selon elle, semblait manquer d’éducation. Avec courage, ma cliente me confia ses jugements les plus frustrants au sujet de celle-ci. Elle la trouvait dure, insensible, impitoyable avec les étudiants. Choquée, ma cliente défendait ces beaux jeunes avec acharnement.

 

Qui plus est, sa collègue se vantait d’être un marteau et ses élèves, des clous. Elle leur tapait dessus à coups de blâmes et de punitions. Elle ne se retenait pas pour envoyer tout délinquant à la salle de retenue. Selon ma cliente, sa collègue ne s’intéressait pas à eux. Avec beaucoup de douceur, je lui ai demandé : «Et toi, t’intéresses-tu à elle?» Elle de répondre : «Non. Pourquoi?» Alors, elle m’avoua la pensée qui lui faisait le plus de mal : «Elle ne met pas son attention à la bonne place.»

 

Cette question est tout de suite montée : «Et toi, que fais-tu avec elle?» Silence au bout du fil. Puis, un grand rire a retenti. «Je ne mets pas mon attention à la bonne place! Wow! Je viens de le voir! Je mettais mon attention seulement sur les clous (les élèves) et je ne la mettais pas sur le marteau (ma collègue). Elle est aussi importante qu’eux! Je me sens libérée d’un énorme poids. Tout dépend de moi. J’ai déjà hâte de la revoir!» Voyez-vous ce qu’elle a vu? L’avez-vous déjà vécu?

 

Nous pouvons tous être des enseignants bienveillants pour nos pensées blessantes et délinquantes. Elles ont tellement besoin de notre attention et de notre affection. Nous intéresser à ce qu’elles ont à nous révéler n’est-elle pas la plus précieuse des éducations? Cela vous rejoint un peu, beaucoup, pas du tout? Vous voulez aller plus loin? Mon coaching et mon récent livre, le Manuel du Génie, peuvent vous aider. Merci de partager et intéressante journée!

Merci de partager sur Facebook
Please reload

Pensées d'amour
Please reload

Archives
Please reload

Mots clés
  • Facebook Basic Square