© 2004-2019 DOMINIQUE ALLAIRE

  • Facebook Social Icon

Croisons notre magie sur Facebook, en personne et au téléphone au 418.204.4268.

Le 5 novembre 2019

 

PENSÉE DU JOUR AVEC TOUT MON AMOUR ❤    

La pensée d’aujourd’hui nous rappelle une vérité à propos du pardon. Vous a-t-on déjà traités de tous les noms? Avez-vous tout enduré sans vous défendre? Avez-vous rêvé qu’on vous demande pardon? Si vous êtes comme moi, vous avez répondu oui à toutes ces questions. Pour ma part, j’ai cessé d’attendre le pardon de ma sœur, le jour où j’ai réalisé que les poules ne pondent pas de chatons. C’est sur cette pointe d’humour que j’ai retrouvé ma liberté.

 

Mon espoir de pardon remonte à l’enfance. J’étais l’aînée de cinq enfants. Ma sœur était de vingt mois ma cadette. Fragilisée par une opération lorsqu’elle était bébé, ma mère l’a longtemps surprotégée. Pourtant, elle s’est vite rétablie. J’étais obéissante. Ma sœur était rebelle. Elle ne pouvait pas s’empêcher de me critiquer. Malgré tous mes efforts pour m’entendre avec elle, j’ai échoué. Puis, un soir, mes deux sœurs se sont rangées de son côté. Et je me suis effondrée...

 

Mon histoire vous parle? Ce n’est pas surprenant. Ce genre de situation est plus courant que l’on pense. Passons en vitesse ma dépression et les années où j’avais perdu le goût de vivre pour en arriver à ma précieuse conclusion. Après y avoir énormément réfléchi, j’ai compris que ma sœur ne peut pas me demander pardon. Pourquoi? J’espère que vous êtes bien assis. Parce qu’elle n’a rien fait de mal. Eh oui… De son point de vue, elle a bien agi.

 

Et vous savez quoi? Elle a raison. Elle a été elle-même. C’est moi qui me suis fait du mal en espérant qu’elle soit autrement. J’ai pu interpréter différemment notre histoire dès l’instant où j’en ai assumé toute la responsabilité. Pouf! Comme par magie, la faute s’est évaporée! Il n’y a rien à pardonner. Grâce à ma sœur chérie, j’ai pu me réveiller à cette fabuleuse réalité. Voilà pourquoi j’ai tant ri, quand la pensée m’a dit qu’une poule ne pond pas de chatons.

 

Voyez-vous où je veux en venir? Oui. C’est vrai. Je le reconnais. Ce peut être brutal de réaliser que le mal que nous ressentons vient des pensées blessantes que nous croyons. Et c’est avec tout mon amour que je vous invite à y réfléchir, surtout si l’attente d’un pardon vous fait souffrir. L’invitation vous tente? Vous voulez aller plus loin? Mon coaching et mon livre le Manuel du Génie peuvent vous aider. Merci de partager et bienveillante journée!

Merci de partager sur Facebook
Please reload

Pensées d'amour
Please reload

Archives
Please reload

Mots clés
  • Facebook Basic Square